Ça RAM

Ça RAM (Random Access Memory) ou comment faire prendre conscience de l’intelligence collective en mode distribuée.

Ce qui est nécessaire : un groupe d, etc.e personnes (plus on est de fous et plus on rit), du temps (30 à 45 minutes debrief inclus) et de quoi noter (là encore, des post-it, ça fonctionne bien, sinon des morceaux de papiers)

Déroulé :

Chaque personne du groupe va énoncer un mot qui lui passe par la tête (n’importe lequel). Les membres du groupe vont essayer de remémorer ce mot ainsi que le numéro d’ordre associé au mot (par exemple, le 1er mot est chaise, le second escalier, etc…) On tachera de se souvenir du numéro et du mot associé. On collectera à minima 40 à 50 mots. L’animateur du jeu note sur chaque bout de papier (ou post it), le numéro et le mot.

Ensuite, aléatoirement (et c’est là où les morceaux de papiers ou post it matchent bien), l’animateur pioche un papier et interroge un membre de l’assemblée. Les autres personnes n’ont pas le droit d’aider. On interroge ainsi aléatoirement tout le monde tant qu’il reste des papiers qui n’ont pas fait l’objet de l’interrogation. L’animateur note le score de ce premier round.

On lance ensuite un deuxième tour de table avec cette fois ci en interrogeant tout le monde pour chaque papier à niveau tiré aléatoirement. N’ont pas le droit de répondre les personnes qui ont donné le mot. Avant de donner une réponse, les personnes qui pensent avoir la réponse lèvent la main. L’animateur leur donne la parole. On interroge ainsi aléatoirement le groupe tant qu’il reste des papiers qui n’ont pas fait l’objet de l’interrogation. L’animateur note le score de ce second round.

Observations :

Le second round sera largement meilleur (souvent parfait ou très proche). Mais ça, on peut s’y attendre.

Ce qui est plus intéressant à remarquer, c’est le fait que l’on n’aura pas tout le temps les mêmes personnes qui retiendront les mêmes mots. On n’aura pas ceux qui ont une bonne mémoire et qui retiennent tout et les autres. Même si certains seront peut être un peu meilleur, l’intelligence sera distribuée. Et pourtant, le processus mis en jeu semble être le même et semble s’appuyer sur une mécanique binaire (je me souviens ou pas).

Conclusion :

Nous avons ici un jeu rapide à exécuter qui met en œuvre l’intelligence collective, le fait que fasse à une problématique finalement complexe, le groupe produit un meilleur résultat qu’une somme d’individus.

Conseil pour l’animateur : bien faire prendre conscience durant le second round que les personnes qui ont les réponses ne sont pas toujours les mêmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *