Agile Tour Rennes 2017

4h40. Je suis naturellement réveillé, comme un jour de Noël où le réveil est inutile, l’envie d’en découdre prend le dessus sur le réveil technologique. Quitter la couche, direction la douche, puis remplir la bouche. La voiture démarre. C’est parti pour une parenthèse de 2h20 où le cerveau auto pilote le véhicule en se récitant la conférence à venir.

Arrivée à l’Agile Tour Rennes. Retrouver Kervin Kueny. S’enrichir auprès de lui de nouveaux jeux. Déjà, apprendre à l’heure du café. Et puis déjà rencontrer des nouveaux gens. Et puis s’enrichir des aventures de Galina Nederita, la mettre en contact avec Guillaume Patry et c’est parti.

Alistair Cockburn est là, face à l’un des amphis de l’INSA. Cet auteur (l’un des auteurs) du manifeste Agile vient nous livrer sa vision du cœur de l’agile. Il réduit les 4 phrases du manifeste en 4 mots : Deliver, Reflect, Improve, Collaborate. Rien de plus selon lui à chercher dans l’agile. Autre enseignement intéressant, le rapport à Shu, Ha, Ri auquel il juxtapose Kokoro, celui qui enseigne le Shu.

Et puis, c’est l’heure de la pause-café mais pas pour moi. Je dois mettre en place le Projet Aristote qui sera joué dans 30 minutes. Heureusement, les helpers sont là pour nous aider, avant, pendant, après. Très apprécié. Merci à eux. Et puis, je retrouve Gaëtan Bolon. Grand plaisir lors de nos quelques échanges qui en appellent d’autres. Je découvre le cadre, juste parfait.

Nous sommes samedi et le samedi la journée est ouverte aux enfants, à partir de 7 ans. J’avais hésité entre deux propositions : le Projet Aristote, en l’adaptant aux enfants et un atelier basé sur un jeu vidéo permettant de découvrir le travail collaboratif en construisant des fusées et autres navettes spatiales. J’ai décidé de ne proposer que le Projet Aristote. Ce fut une erreur. Chouette, j’ai appris. En fait, les « conférences », en tout cas la mienne et celle de fin de journée (on y reviendra), ont été boudées par les enfants (et donc leurs parents). Les ateliers ont été privilégiés. Comme je les comprends. Une dizaine de personnes s’embarquent, un peu méfiantes, dans la salle de classe. Je déroule, j’improvise, je prends beaucoup de plaisir puis vient la récompense : le feedback à travers le perfection game.

Note moyenne : 8.25 / 10

Ce qui a été apprécié :

  • Humour
  • Interactivité / les exercices
  • Moyen de traiter la complexité, les neurosciences et l’intelligence collective / le jeu de rôles / le matériel / les déguisements / format pièce de théâtre / mise en scène
  • La session décalée / originalité / dynamisme / fun / cet homme est fou, ça fait du bien / surprise
  • L’atelier à la fin
  • Le travail fourni
  • L’ouverture
  • La sincérité

Ce qu’il faudrait ajouter / modifier :

  • + développer le sujet concrètement / trop abstrait parfois / but parfois difficile à voir
  • + de pratiques différentes
  • Citer les références
  • + de lien entre l’atelier et les scènes en amont
  • Commencer par « tout ce qui va se passer est sous contrôle… détendez-vous et ouvrez vos chakras
  • Une conclusion / un feedback du groupe : comment avez-vous vécu l’expérience

Merci pour ces retours, riches, qui vont me permettre d’adapter encore et encore le Projet Aristote.

Et puis viens l’ami Johan Bonneau qui vient nous parler de ses passions, des animaux, d’agilité. Brillant, charismatique, il captive une salle pleine d’enfants, petits et grands, moi le premier. Inspirant +++. Merci Johan.

Et puis, viens l’heure du repas, l’occasion de discuter avec de nouvelles connaissances, François-Xavier Maquaire, Timothée Chevrier. Et puis ceux dont je n’ai pas pris ou retenu le prénom, le nom. Parfois la fatigue vous ferme des portes. Une pensée toutefois pour cet échange avec deux gens qui travaillent à nous faire mieux rouler sur des chemins ferrés. L’occasion aussi d’avoir un compte-rendu de la première journée par Galina. Merci à vous.

A nouveau, cet amphi. Christian den Hartigh nous livre EdUCARYOTE, sa vie de prof de français en collège, façon agiliste mais pas que. Sujet passionnant, découvrez-le en live ou en vidéo sur youtube par exemple. Les questions sont ouvertes. J’ose. Et je fais bien car il me livre un enseignement précieux. Je lui demande s’il est le seul enseignant à essayer ces nouvelles approches pédagogiques et surtout comment ils collaborent ensemble. Sa réponse est magique. Il collabore un peu (très peu) mais de toute façon, il est tout seul face à ses élèves, avec ses difficultés. Donc, ce qui prime c’est le « démerde toi et expérimente par toi-même ». Il n’y a pas de réponses ou de solutions à trouver dans le collectif, seulement de l’inspiration pour grandir soi-même. Merci Christian, une fois de plus pour cet enseignement majeur.

Les questions débordent et me voilà en retard pour la session suivante : Comment mémoriser efficacement et pour longtemps avec Suzon Beaussant et Maïwenn Vivier. Il faut mettre en marche sa mémoire. Trop fatigué pour cela. On apprend assez vite que la motivation ne permet pas de mieux mémoriser. J’expérimente un semblant de contraire. Faute de motivation, je ne fais pas l’effort de suivre les ateliers comme il le faudrait. Pas faute d’envie, la motivation, c’est le mouvement. Et je suis trop fatigué, il fait trop chaud, le corps refuse. La session m’apporte du coup un peu moins que les autres. Il est même évoqué quelques imprécisions qui me chagrinent. Il est recommandé de faire appel aux 5 sens pour mieux mémoriser. Il est peut-être dommage de continuer à propager cette vieille idée que nous sommes limités à 5 sens. Nous sommes bien plus complexes que cela et notre dispositif sensitif est bien plus évolué. Dommage. C’est peut-être un détail, peut-être est-ce un raccourci pour déjà cranter cette idée. Le travail en groupe me permet de rencontrer de nouvelles têtes, en particulier Esther Kornexl, qui a présenté la veille comment construire la confiance. J’étais chez un client la veille. Quel dommage. Esther, ce n’est que partie remise, je suis persuadé que tu as beaucoup à m’apprendre.

Pour finir, et quel final !, Christophe Keromen et Olivier My nous livrent un lectelier envoûtant. D’abord, lecture d’un conte en musique, Christophe parle, presque chante et Olivier l’accompagne au piano. Le texte nous livre l’histoire « De petites pattes agiles ». Et puis, ils nous invitent à illustrer ce que nous avons perçus en dessins / textes par petits groupes. Et puis, on restitue, on partage. Et puis, ceux qui le souhaitent prennent le totem de parole pour exprimer au groupe son témoignage de cet Agile Tour Rennes 2017. Tout comme au théâtre, lorsqu’il est vécu en direct, en chair et en os, on ne peut décrire ce moment magique, qui restera longtemps gravé dans les esprits des heureux privilégiés de ce moment. On est dans du Ri++, loin d’une session Shu ou même Ha. Pour peu d’être ouverts et prêts, il n’y a que très peu d’autres sessions vues à ce jour qui atteignent ce niveau d’enseignement. Merci Christophe et Olivier.

Un grand merci également aux organisateurs. Superbe édition 2017, cadeau hyper sympa (on s’est bien régalé) !

4 pensées sur “Agile Tour Rennes 2017

  • octobre 17, 2017 à 1:06
    Permalink

    Merci pour ce compte-rendu Steeve. Et puis, tu m’as permis de me détendre avant mon passage 🙂 Belle énergie en tout cas ! Alors, les super-pouvoirs des animaux surpassent-ils ceux de Superman ?

    Répondre
    • novembre 12, 2017 à 7:58
      Permalink

      Les super-pouvoirs des animaux ne sont pas liés à une fiction donc… 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *